Catégories
Conseils e-commerce

Manières négligées pour les entreprises locales de stimuler les ventes pendant la crise

août
3, 2020

7 min de lecture

Opinions exprimées par Entrepreneur les contributeurs sont les leurs.


J'ai observé ces derniers mois qu'Amazon et ses amis à grande surface ont connu une expansion rapide alors que de nombreux magasins de mon quartier se sont ratatinés sur la vigne. Selon la Chambre de commerce des États-Unis, une petite entreprise sur cinq a dû fermer ses portes depuis le début de la crise, et même si les choses commencent à rouvrir, les magasins physiques sont confrontés à un défi de couler ou de nager.

C’est ironique, car le soutien au commerce de détail local n’a jamais été aussi élevé. De la volonté de sauver les magasins locaux fermés par la crise au soutien aux entreprises appartenant à des noirs en solidarité avec Black Lives Matter, notre système de valeurs a été déclenché d'une manière qu'il n'avait jamais été. Les consommateurs sont prêts à faire un effort supplémentaire (et à dépenser plus) pour soutenir les magasins dans leur propre arrière-cour et utiliser leur pouvoir d'achat pour envoyer le message que faire du shopping en 2020 et au-delà ne consiste pas seulement à trouver la meilleure offre. Il s’agit de personnes qui soutiennent les gens.

Il n’ya qu’un seul problème: les détaillants locaux ne sont pas toujours en mesure de se mettre au travail et de proposer des alternatives à Amazon. Mais adopter le commerce électronique dans un contexte nouveau et hyper-local pourrait être la clé pour les aider à riposter.

Connexes: Leçons que tous les entrepreneurs peuvent apprendre du mouvement Shop Local

La lueur d'espoir pour les locaux

Historiquement, le commerce électronique a été considéré comme une menace pour la vente au détail locale – introduisant des concurrents du monde entier et réduisant les prix des marchands indépendants. Mais ces derniers mois, le commerce électronique a émergé comme une bouée de sauvetage pour le commerce de détail local en temps de crise.

Des magasins de jouets avec navigation FaceTime aux salles de sport proposant des cours virtuels, en passant par les sites historiques proposant des visites en ligne, les exemples d'entreprises indépendantes qui se sont réinventées en ligne ne manquent pas. Ils peuvent même avoir une longueur d'avance sur les concurrents internationaux lorsqu'il s'agit de bâtir une clientèle fidèle.

Contrairement aux e-commerçants mondiaux impersonnels et anonymes qui exigent que les consommateurs envoient leur argent dans le vide, les détaillants locaux sont connu. Les magasins, salons et épiceries que nous aimons sont des agencements familiers, gérés par de vraies personnes que nous avons peut-être déjà rencontrées. Lorsqu'il s'agit de transférer ces opérations en ligne, il existe un niveau de confiance préexistant qu'il est presque impossible pour les grands e-commerçants de répliquer. Cela se traduit par une volonté des membres de la communauté de payer une prime pour les produits vendus dans une entreprise locale, sachant qui ils soutiennent et ce qu’ils obtiendront en retour.

De plus, nos entreprises communautaires peuvent bénéficier du fait qu'elles n'ont pas à exister exclusivement en ligne. L'utilisation de canaux de commerce électronique pour permettre le ramassage en bordure de rue ou la livraison locale ou l'organisation de rendez-vous d'achat à distance sociale donne aux consommateurs un semblant de normalité en permettant la connexion humaine dont nous avons tous désespérément besoin en ce moment.

Pourtant, malgré tout le potentiel, trop de commerçants locaux ont du mal à tirer parti de l'avantage de leur ville natale.

En relation: Ce que les marques artisanales peuvent nous apprendre sur l'utilisation de la technologie pour humaniser les entreprises

Les nouvelles règles du commerce local

Mon père a ouvert son premier magasin de jeans en denim dans les années 80. À l'époque, environ 90% de son budget était consacré à la sécurisation d'un emplacement qui attirerait beaucoup de trafic piétonnier – seule une petite partie du reste était consacrée au marketing. La force du commerce de détail local a toujours été son emplacement; un magasin accrocheur dans une partie très fréquentée de la ville était souvent la clé du succès.

Attirer des clients en ligne nécessite une approche totalement différente, totalement étrangère à la plupart des petits commerçants. Quand il s'agit d'attirer virtuel trafic, le ratio qui a si bien fonctionné pour mon père – et la plupart des détaillants physiques – doit être inversé. Les magasins en ligne peuvent être lancés en quelques minutes et pour une fraction du coût d'un bail commercial. Cependant, se démarquer de la mer des concurrents nécessite plus qu'une conception Web prête à l'emploi – cela nécessite un investissement important dans le marketing et les outils pour mesurer son efficacité.

En plus de la publicité par des méthodes nouvelles et anciennes (pensez aux dépliants dans les boîtes aux lettres locales et une présence optimisée sur les réseaux sociaux), des services gratuits comme Google Analytics fournissent des données critiques: combien de personnes visitent un site, combien de temps elles restent, ce qu'elles naviguent et ce qui les fait partir. Ces informations offrent un avantage critique aux détaillants qui peuvent s’assurer d’investir leurs efforts dans les bons domaines, mais elles nécessitent également un investissement considérable en temps et en efforts pour acquérir de nouvelles compétences.

Il en va de même pour résoudre les obstacles logistiques qui surviennent invariablement lors de l'ajout d'un canal en ligne aux entreprises conçues pour la vente au détail physique. Il suffit de regarder le chaos dans lequel de nombreuses épiceries se sont retrouvées au cours des derniers mois. La commande d'épicerie en ligne est disponible depuis des années, mais la logistique maladroite autour de l'exécution et de la livraison a été mise à nu lorsqu'une augmentation drastique de la demande a entraîné des retards massifs, des commandes manquées et un crash de sites Web.

Le résultat pour les détaillants locaux? Un site Web n'est que la première étape. Pour réussir, il faut pivoter rapidement pour répondre à la demande, quelle que soit sa provenance, et être disposé à rediriger les ressources vers des domaines qui auraient pu être après coup dans un monde d’avant la crise.

Connexes: Comment rivaliser avec les grandes chaînes? Pensez localement

Petits pas vers le progrès

Les détaillants locaux ne sont certainement pas dans une situation facile pour le moment; la création d'une opération de commerce électronique réussie prend du temps et beaucoup sont dans une course à la survie. Cependant, il y a quelques étapes simples que les magasins indépendants peuvent prendre pour capitaliser sur la vague de soutien des consommateurs.

Pour commencer, simplifiez l'expérience d'achat. Un bar à vin en Californie s'est rendu compte qu'il était totalement impossible de répertorier son inventaire complet de vins naturels en ligne.Il a donc créé un questionnaire que les clients devaient remplir, puis a demandé au personnel de sélectionner à la main des choix de vins intéressants pour les clients en fonction des critères. Non seulement cela l'a aidé à rester à flot, mais il a réintroduit le type de service personnalisé auquel les clients s'attendent.

D'autres détaillants peuvent emboîter le pas en se concentrant sur les meilleurs vendeurs qui représentent la majorité des ventes, plutôt que de s'attaquer à la lourde tâche de répertorier chaque produit qu'ils proposent en ligne. Dans le même temps, d'autres redéfinissent ce que signifie être local avec des options créatives qui amènent les magasins aux clients plutôt que de compter sur eux pour visiter des vitrines stagnantes.

La technologie tierce Scrappy lubrifie également les rouages ​​du commerce local. Des applications comme Cornershop et Instacart connectent les clients avec des acheteurs personnels pour les courses d'épicerie. Uber Eats et Skip the Dishes comblent le fossé entre les dîners et les restaurants. Pendant ce temps, des options indépendantes voient le jour pour offrir des services similaires destinés aux communautés individuelles où les commerçants se regroupent pour mettre en commun des ressources et proposer des collections et des collaborations sur des produits complémentaires.

Boutiques de vêtements, salons de coiffure, petits épiciers, magasins de vente en consignation, cafés et restaurants – les entreprises locales font partie intégrante des communautés riches et dynamiques dans lesquelles nous vivons. Les consommateurs ont réalisé que s'ils veulent sauver leur quartier et leur mode de vie, ils ' Je dois soutenir le commerce de détail local sous toutes les formes possibles. Il ne fait aucun doute que de nombreux commerçants ont relevé le défi.

Cependant, alors que le nombre de devantures de magasin choquées et fermées augmente dans nos villes, la question demeure: est-ce qu’un nombre suffisant d’entre eux sera en mesure de faire de même à temps pour se frayer un chemin vers la survie – et empêcher les Amazones du monde de manger le déjeuner de tout le monde?

chargement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *